Actualités

Une aide appropriée à toutes les victimes

Malgré la convention d’Istanbul qui prévoit que toutes les personnes victimes de violence doivent bénéficier d’une aide ciblée, en vigueur en Suisse depuis le 1er avril 2018, le Conseil fédéral ne prévoit toujours pas d’étendre le champ d’application de la loi sur l’aide aux victimes (LAVI) pour assister les victimes sans papiers, en cours de procédure d’asile ou ayant reçu une décision de non-entrée en matière, alors que ces catégories de migrant-e-s sont particulièrement vulnérables et ont souvent fait l’expérience de la violence sur leur route de l’exil. Face à cette injustice, le Groupe socialiste interpelle le Conseil d’État afin que ce dernier puisse s’expliquer sur les pratiques en vigueur dans le canton et palier aux manques éventuels.

CP du 3.12.2019

« A l’initiative des Femmes socialistes suisses et dans le cadre des « 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes »[1], le Groupe socialiste souhaite adresser le problème de la discrimination légale des victimes de violences en Suisse. Nous ne pouvons pas accepter qu’une femme ayant été violée ou ayant été victime de traite d’êtres humains ne reçoive aucune aide spécialisée en Suisse », précise Sarah Neumann, une des auteures de l’interpellation. « L’accès immédiat et non discriminatoire aux centres d’aide spécialisés est un impératif de justice et d’humanité qui ne doit en aucun cas être subordonné à l’existence ou à la couleur du permis de séjour. Des milliers de femmes ont défilé dans le cadre de la manifestation contre les violences sexistes et sexuelles dans les rues lausannoises le 23 novembre, le Conseil d’État doit démontrer qu’il est attentif à leurs revendications », conclut-elle.

***

Accorder plus d’importance à l’éducation physique et sportive afin de favoriser le développement moteur de l’enfant 

Par le biais d’un postulat de Sébastien Cala, le Groupe socialiste demande au Conseil d’Etat de présenter les mesures prises jusqu’à présent pour favoriser le développemement moteur des enfants dans l’école obligatoire, de renforcer la formation des maître-sses généralistes en éducation physique et d’améliorer de manière générale l’accès des enfants et des jeunes au mouvement.

 

Un système de gestion des zones d’activités dans quel délai ?

Conformément à la législation fédérale, le canton de Vaud doit mettre en place un système de gestion des zones d’activités. Par le biais d’une interpellation de Vincent Jaques, le groupe socialiste demande au Conseil d’État de présenter l’avancement de la mise en œuvre du système de gestion des zones d’activités, d’exposer sa méthode pour assurer la coordination et la cohérence du système à l’échelon cantonal et de faire état des éventuels effets négatifs du moratoire sur la promotion économique vaudoise.

[1] Communiqué de presse des Femmes socialistes suisses du 25 novembre 2019 : https://sp-frauen.ch/fr/news/communique-de-presse/toutes-les-victimes-de-violence-meritent-une-aide-appropriee/

 

Textes des interventions:

Aide cantonale apportée aux personnes victimes de violence à l’étranger

Accorder plus d’importance à l’éducation physique et sportive afin de favoriser le développement moteur de l’enfant.

Un système de gestion des zones d’activités dans quel délai ?