Actualités

Pour des protections hygiéniques en libre accès dans les écoles et au sein de l’administration cantonale

Les protections relatives aux règles (serviettes, tampons, etc.) sont des produits de première nécessité, au même titre que le papier de toilette. Prises souvent au dépourvu, les personnes ayant des règles se retrouvent parfois à improviser quand ce n’est pas à déployer un trésor d’imagination pour cacher un vêtement tâché. Le groupe socialiste, par le biais d’un postulat de Muriel Thalmann, demande au Conseil d’État d’étudier la mise à disposition systématique de protections hygiéniques dans toutes les toilettes des bâtiments de l’État, notamment dans les écoles et les gymnases. Des motions similaires ont été déjà déposées au Grand Conseil de la République et canton de Genève ainsi qu’au Grand Conseil bernois.

© Rupi Kaur

« Chaque personne ayant des règles connait la situation : malgré toutes les précautions, on se retrouve quand-même pris au dépourvu. Cette situation est non seulement désagréable, elle peut causer des problèmes plus graves, notamment dans le milieu scolaire. Et même quand les règles ne viennent pas par surprise, elles sont susceptibles de renforcer la précarité des personnes vulnérables », rappelle Muriel Thalmann, auteure du postulat. « Nous devons donc garantir à toutes les personnes ayant des règles l’accès à ces produits d’hygiène de base. La mise à disposition, dans toutes les toilettes des écoles et gymnases et des établissements cantonaux – tant celles réservées au personnel que celles ouvertes au public – de protections hygiéniques en libre accès, gratuites ou sous la forme de distributeurs à prix coûtant, comme cela se fait déjà à l’étranger, permettrait d’offrir une solution simple et respectueuse des personnes concernées. », conclut-elle.

***

Cauchemars en cuisines vaudoises ?

De récents articles de presse ont mis le focus sur certains cas extrêmes dans les établissements de restauration en Suisse, et en particulier dans notre canton. Ces articles ébranlent la confiance en la restauration et posent plusieurs questions sur le rôle de nos instances cantonales dans le système de contrôle, l’information aux consommatrices et consommateurs et l’information au sens large pour le grand public. Pour cette raison, le groupe socialiste, par le biais d’une interpellation de Stéphane Montangero, demande au Conseil d’État de faire le point des ressources à disposition de l’État pour garantir la sécurité alimentaire sur notre territoire ainsi qu’une information exhaustive aux consommatrices et consommateurs.