Actualités

Les mesures en faveur du climat doivent tenir compte de la justice sociale

Dans le cadre des débats sur la révision de la loi vaudoise sur l’énergie (LVLEne), le groupe socialiste a cherché à corriger l’idée d’un financement du fonds cantonal pour l’énergie uniquement au travers de l’augmentation de la taxe sur l’électricité. Bien qu’il n’ait pas été suivi par la majorité du Grand Conseil, le PS continuera à s’engager en faveur de mesures climatiques fortes qui tiennent compte de la justice sociale et ne pénalisent pas les ménages les plus modestes.

climat

« Les taxes sont par définition antisociales : elles ne tiennent pas compte des revenus des citoyen-ne-s et impactent par conséquent davantage les gens modestes que les riches », rappelle Pierre Dessemontet, député. « Nous voulons des mesures fortes en matière de protection du climat et l’assainissement énergétique du parc immobilier vaudois en fait partie. Mais ces mesures ne peuvent pas être financées sans tenir compte de la réalité économique des gens. Face à la stagnation des salaires réels en Suisse, nous ne devons pas nous étonner si les mesures climatiques qui ne sont pas conçues de manière à tenir compte de l’équité sociale provoquent davantage le rejet que l’adhésion des citoyen-ne-s », poursuit-il.

« Nous avons soutenu l’amendement visant à fixer la taxe à un niveau inférieur à ce que propose le Conseil d’État dans son projet, tout en compensant la différence de recettes via le budget de l’État. A notre plus grand regret, la majorité n’a pas suivi cette vision plus sociale et a préféré laisser les citoyen-ne-s assumer seuls les mesures climatiques. Malgré cet échec, le PS poursuivra son combat pour une politique climatique socialement responsable et en appelle à tous les partis représentés au Grand Conseil de tenir davantage compte de l’humain dans leur vision de la politique environnementale », conclut-il.