Actualités

Le PLR privilégie la logique du marché au détriment de la qualité des soins

En réitérant sa demande de transformation du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) en établissement autonome, le PLR démontre une nouvelle fois sa volonté de démantèlement du service public et, par conséquent, de la qualité du système de soins dans le canton de Vaud. Le PS s’oppose résolument à cette vision et rappelle la nécessité de réformes tenant compte des intérêts des patient-e-s, du personnel et de l’excellence scientifique du CHUV.

Aujourd’hui, le CHUV est un service de l’État. Pourtant, il fait régulièrement l’objet de velléités d’autonomisation de la part d’élus des partis bourgeois. Loin d’être la solution miracle, la redéfinition de nouvelles lignes stratégiques par un conseil d’administration du CHUV pourrait entrer en conflit avec l’approche actuelle portée par le Conseil d’État garantissant un accès étendu aux soins. Le Groupe socialiste, par la voix du député Jean Tschopp, interpelle le Conseil d’État sur les répercussions sur l’accès aux soins des patients à redouter en cas d’autonomisation du CHUV. Des projets ambitieux comme la mise en place de structures translationnelles de pointe dans la prise en charge de patients atteints de cancer (Agora) pourrait être remis en cause faute d’investissements suffisants. Pour des raisons d’économies, le développement nécessaire des infrastructures hospitalières répondant à l’évolution démographique (illustré en ce moment par le futur Hôpital Riviera Chablais, l’Hôpital des Enfants, la transformation de Cery, Agora ou les nouveaux blocs opératoires) pourrait aussi être en danger. Par ailleurs, un conseil d’administration constitue non seulement un échelon hiérarchique supplémentaire, mais également un surcoût important par rapport au fonctionnement actuel. Il pourrait se traduire par une réduction du personnel soignant. Dans de nombreux cantons, l’autonomisation des hôpitaux publics s’est soldée par une pression accrue sur les conditions de travail du personnel ainsi qu’une perte de contrôle démocratique sur l’institution.

En plus, les réformes visant la modernisation de la gouvernance ainsi que davantage de transparence constituent les priorités de l’évolution institutionnelle du CHUV jusqu’en 20231. «Contrairement aux chamboulements aveugles voulus par le PLR, les réformes institutionnelles en cours tiennent compte à la fois des intérêts des patient-e-s et du personnel du CHUV tout en gardant en vue le pôle d’excellence scientifique. Le PS combattra résolument le projet de loi déposé par le PLR, y compris, si nécessaire, par voie de référendum. » conclut Jessica Jaccoud, députée et présidente du PS vaudois.