Actualités

Large alliance des partis et des collectifs vaudois pour le OUI à l’interdiction de la discrimination en raison de l’orientation sexuelle

Les partis politiques et mouvements vaudois, dont le Parti socialiste, les vert’libéraux, les Vert-e-s, le PLR, le collectif vaudois de la grève feministe et solidaritéS, se sont réunis ce matin en conférence de presse pour le OUI le 9 février prochain.

alliance

Jessica Jaccoud, présidente du PS vaudois et députée, rappelle les enjeux de ce sujet de votation : « Le 9 février, nous voterons sur l’introduction d’une protection des lesbiennes, gays et bisexuel-le-s contre la haine, le dénigrement et la discrimination à travers l’extension de l’article 261bis. L’initiative parlementaire de Mathias Reynard a été acceptée par les Chambres fédérales en décembre 2018. Le référendum lancé par l’UDF a été empreint d’irrégularités durant la phase de la récolte, similaires à celles
que l’on observe actuellement dans le cadre du référendum contre le congé paternité.»

François Pointet, président des vert’libéraux et conseiller national, poursuit : « Les vert’libéraux sont profondément attachés à la liberté d’expression et d’opinion, cela
reste un pilier fondamental de notre démocratie qui assure la liberté des habitants de notre pays. Mais il serait inadmissible que cette liberté conduise à des comportements discriminatoires ou des appels à la haine. »

Léonore Porchet, conseillère nationale verte, rappelle l’importance de combattre les propos haineux : « La parole haineuse est aujourd’hui permise et libérée contre la
communauté LGBTIQ+. Il est urgent de reconnaître, interdire et combattre ces crimes de haines, pour protéger l’ensemble de la société. »

Florence Bettschart-Narbel, députée PLR, abonde dans son sens : « L’année passée, suite à la marche de la visibilité lesbienne à Lausanne en avril, un flot de commentaires haineux ont été publiés sur les réseaux sociaux. Sans un dispositif légal pour s’y opposer, il n’a ainsi pas été possible de poursuivre leurs auteurs. »

Clara Almeida Lozar, représentante du collectif vaudois de la grève féministe, met en avant l’importance de la convergence des luttes : « Le combat des communautés
LGBTQIA+ et le combat féministe sont le même, c’est pourquoi le collectif vaudois de la grève féministe se positionne pour un oui massif le 9 février. Cette loi ne sera qu’une étape nécessaire vers un changement de société plus global auquel nous aspirons.»

Sebastien Zürcher, membre de solidaritéS, conclut : « Nous sommes conscient-e-s que ce n’est là qu’une étape dans la lutte contre l’homophobie et qu’après le 9 février,
il nous restera beaucoup à construire, notamment l’inclusion de l’identité de genre. »

Forts de ces constats, les partis et mouvements susmentionnés, en collaboration avec le comité unitaire vaudois, mèneront une campagne engagée pour convaincre les Vaudoises et Vaudois à voter massivement en faveur de la modification de l’article 261bis du code pénal.

Note: Communiqué de presse du comité vaudois « Contre les discriminations – OUI »