Actualités

La qualité de l’accueil parascolaire en danger

Le PSV critique vivement le cadre de référence parascolaire pour les enfants de la première à la huitième année primaire tel que présenté ce jour dans un communiqué de presse par l’établissement intercommunal pour l’accueil parascolaire primaire (EIAP). Ce cadre de référence ne pourra mener qu’à la détérioration de la qualité, à l’épuisement des professionnels et à l’augmentation des accidents en milieux éducatifs. Tout ceci au détriment des enfants accueillis, alors que la nouvelle loi cantonale reconnaît précisément à l’accueil de jour un rôle socio-éducatif et d’intégration.

180614_CP_accueil_de_jour

A la surprise générale, l’EIAP a communiqué ce jour les résultats de sa mise en consultation du cadre de référence parascolaire pour les enfants de la première à la huitième année primaire. En premier lieu, le PSV regrette les méthodes de consultation de l’EIAP. En effet, la consultation n’a notamment pas été adressée aux partis politiques, pourtant intéressés par le développement d’une importante prestation publique. Le PSV y a répondu de manière spontanée, mais juge que ces méthodes ne sont pas acceptables.

En outre, le traitement des réponses à cette consultation n’est malheureusement pas transparent. 10 jours après la clôture du délai de réponse l’EIAP communique déjà un positionnement, sans pour autant publier les différentes réponses reçues ni même les rappeler de manière un tant soit peu détaillée, comme il est de coutume à tous les échelons institutionnels de notre pays. Deuxièmement, l’EIAP ne semble avoir pris en compte les avis opposés à ce cadre de référence que de manière marginale, et sans donner le moindre détail à ce sujet. Les vives inquiétudes de toutes les organisations professionnelles, des associations de parents, de certaines communes et du Parti socialiste vaudois ne sont pas même évoquées et ont été balayées d’un revers de la main.

Or, les problèmes liés à ce cadre de référence sont nombreux. En premier lieu, il détériore la qualité de l’accueil parascolaire et met en danger la qualité de l’accueil. En effet, les taux d’encadrement et les exigences en termes de formation sont revus à la baisse. Alors qu’actuellement, il y a 1 adulte pour 12 enfants de 4 à 10 ans et 1 adulte pour 15 enfants de 11 à 12 ans, le projet de l’EIAP fixe à 1 adulte pour 12 enfants de 4 à 6 ans, 1 adulte pour 15 enfants de 7 à 10 ans et enfin de 1 adulte pour 20 enfants de 11 à 12 ans. Et le taux de personne formé chute de 80% à 50%, voire jusqu’à 25% pour les grands groupes de 11 à 12 ans. Pour ne rien améliorer, ce nouveau cadre de référence permet de déroger, en tout temps, à ces taux d’encadrement, en acceptant encore plus d’enfants par adulte. C’est inacceptable pour la sécurité et pour la qualité de la prise en charge de nos enfants.

La situation est également dégradée pour les professionnel-le-s. En effet, le projet leur donnera moins de temps pour la direction pédagogique et pour le travail hors présence des enfants. Ces périodes sont pourtant centrales pour la gestion d’équipe, la préparation d’activité, la rencontre avec les parents, l’amélioration des liens avec les écoles, avec les communes, etc.

Pour le PSV, ce cadre de référence ne permet pas de répondre aux missions définies par la Loi sur l’accueil de jour des enfants. Malheureusement, la consultation n’a pas permis de faire prendre conscience à l’EIAP des problèmes majeurs soulevés par le projet malgré les vives critiques reçues. Le PSV mettra tout en œuvre pour garantir des conditions d’accueil acceptables et non au rabais. Le peuple vaudois a voté, en 2009, pour une généralisation de l’accueil parascolaire, mais en aucun cas pour la dégradation des conditions de prise en charge des enfants.