Actualités

Défendre la recherche agronomique pour soutenir notre agriculture et nos agriculteurs/trices

Le Parti socialiste vaudois intervient au Grand Conseil par une résolution qui demande au Conseil d’Etat de s’engager pour le maintien des capacités de la recherche agronomique en Suisse, et plus spécifiquement dans notre canton. Menacée par une annonce du Chef de la communication de l’Office fédéral de l’Agriculture, la recherche agronomique est centrale pour garantir une agriculture proche du consommateur, productrice et respectueuse de l’environnement.

180403_agroscope_Pully

En mai 2016 déjà, le Parti socialiste vaudois intervenait au Grand Conseil par une résolution déposée par la députée Fabienne Freymond Cantone à l’annonce d’une restructuration massive de la gouvernance d’Agroscope, centre de compétences de la Confédération pour la recherche agricole. Le Conseil d’Etat avait alors annoncé que le site de Changins/Nyon devenait l’un des trois centres de compétences. Or, une nouvelle information du Chef de la communication de l’Office fédéral de l’Agriculture datant du 9 mars 2018 menace cette stratégie et annonce une concentration des activités sur le site de Posieux (FR) avec des installations satellites et des suppressions de place de travail. Le PSV s’inquiète de cette situation et revient, par la voix de la députée Fabienne Freymond Cantone, par une résolution qui demande l’engagement ferme du Conseil d’Etat. Cette résolution est déposée avec des député-e-s de tout bord politique et de toute région confondue.

Pour le PSV, la recherche agronomique de pointe est cruciale. Elle permet la mise en œuvre d’outils et de techniques nécessaire pour les professionnels et qui vise une agriculture proche du consommateur, respectueuse de l’environnement et novatrice. Elle est d’autant plus nécessaire dans le contexte international de libéralisation économique. Il est donc central que le Conseil d’Etat s’engage auprès du Conseil fédéral pour le maintien des capacités de la recherche agronomique suisse, notamment dans le canton de Vaud. Les connaissances et le savoir-faire suisses et vaudois doivent en effet se poursuivre pour défendre notre agriculture et nos agriculteurs/trices.