Actualités

Congrès 2018 du PSV : Stéphane Montangero passe le témoin à Jessica Jaccoud

Lors de son Congrès ordinaire ce samedi à Lausanne, Stéphane Montangero, vivement applaudi, a passé le témoin à Jessica Jaccoud à la présidence du PSV. Pierre Dessemontet, député et municipal d’Yverdon-les-Bains, et Monique Ryf, députée et conseillère communale à Oron, sont les vice-président-e-s. Le Congrès a également élu le nouveau comité directeur et ses délégué-e-s au PS Suisse. Il a accordé une dérogation au Conseil national à Roger Nordmann pour se représenter une nouvelle fois en 2019 et a pris position quant aux votations fédérales du 10 juin prochain. Enfin, il a adopté deux résolutions, l’une en soutien au référendum contre la surveillance des assuré-e-s, l’autre qui demande la fin de l’occupation de la région d’Afrin.

Présidence 2018 © Marc-Antoine Senn

Le Parti socialiste vaudois s’est réuni ce samedi après-midi pour son Congrès ordinaire 2018 à Lausanne avec plus de 250 délégué-e-s de ses différentes sections. En plus de l’adoption des rapports d’activités 2017 et de questions statutaires, plusieurs élections importantes étaient à l’ordre du jour, toutes pour un mandat de deux ans.

Stéphane Montangero, président sortant, a fait le bilan de ses 4 années de présidence. Le maintien de la majorité de gauche au Conseil d’Etat fut le point d’orgue pour un président militant et engagé. Mais d’autres succès ont marqué sa présidence : le dépôt puis la concrétisation dans le paquet RIE3-vd de l’initiative du parti socialiste vaudois pour limiter à 10% le poids des primes d’assurance-maladie sur le portemonnaie des ménages, le passage de nombreuses communes à la proportionnelle et donc l’arrivée de socialistes dans des régions où le PS n’était pas représenté ou encore la loi sur la préservation ou la promotion du parc locatif, victoire majeure face à la droite immobilière. Confiant pour l’avenir du PSV, fort d’une présidence renouvelée, Stéphane Montangero a conclu sur le besoin de socialisme qu’a le monde dans lequel nous vivons. Le virage à droite des élections fédérales 2015 a entrainé plus de pauvreté, plus d’écarts entre les riches et les pauvres. Et face à ce virage, le PS est le seul rempart : le parti socialiste c’est servir l’intérêt commun contre les intérêts particuliers. La Conseillère d’Etat Nuria Gorrite a rappelé la dynamique de tous les instants insufflée par Stéphane Montangero qui a permis de mener le parti là où il est aujourd’hui. Le Congrès a pris congé du président sortant par une standing ovation.

Jessica Jaccoud, députée et avocate de 34 ans, a présenté sa candidature à la présidence. Membre du PS Nyon depuis près de 8 ans, députée depuis 2014, elle a rappelé l’importance du travail de militant socialiste. D’un côté, il est nécessaire de préserver les acquis gagnés de haute lutte durant le siècle passé ; de l’autre, il faut continuer d’être une force de proposition et porter haut et fort les nouveaux combats qui s’imposent face aux modifications sociales et économiques actuelles. Le PS se doit d’être le rempart pour la justice sociale, pour les droits démocratiques et pour l’égalité. Ces derniers temps, la lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes a été marquée par une prise de conscience collective bienvenue sur les souffrances faites aux femmes et le traitement dont elle font l’objet dans la société. Comme l’a rappelé Jessica Jaccoud, se battre pour l’égalité, c’est aussi se battre contre les emplois précaires ou encore pour un accès pour toutes et tous à une bonne formation. Au final, c’est à l’unanimité et par acclamation que Jessica Jaccoud a été élue à la présidence du PSV. Pierre Dessemontet, député au Grand Conseil et municipal à Yverdon-les-Bains, et Monique Ryf, députée et conseillère communale à Oron, ont été élu-e-s à la vice-présidence du PSV.

Le Congrès a également élu les 15 représentant-e-s du congrès au Comité directeur du PSV et ses 13 délégué-e-s au PS Suisse. Ce sont pour le CD : Arnaud Bouverat (Lausanne), Chloé Besse (Nyon), Eliane Desarzens (Bex), Romain Pilloud (Montreux), Donato Stasi (Régionale Broye), Ludivine Guex (Morges), Yassin Nour (Pully), Dorothée Kaltenrieder (Nyon), Bastien Monney (Morges), Siméon Goy (Lausanne), Sylvie Progin (Yverdon-les-Bains), Lyonel Kaufmann (La Tour-de-Peilz), Isabel Jerbia (Vevey), Mireille Aubert (Bussigny), Yann Rod (Yvonand). Ils/elles seront accompagnés des élu-e-s de droit que sont notamment nos conseillers d’Etat, les représentants du groupe socialiste au Grand Conseil, de la commission égalité, de l’ordre judiciaire et de la jeunesse socialiste. Les nouveaux représentant-e-s aux Assemblées des délégué-e-s du PS Suisse sont Jean-François Cand, Marie-Laure de Beausacq, Alexandre Démétriadès, Sylviane Herranz, Alain Imhof, Dominique Karlen, Yusuf Kulmiye, Christine Leu Métille, Magdalena Padalski, David Raccaud, Camille Robert, Laurée Salamin et Eric Züger.

Le Congrès a en outre accordé une dérogation à Roger Nordmann pour qu’il puisse se représenter pour les fédérales 2019. Le congrès a estimé que sa présence sur la liste était importante. En 2019, le canton de Vaud aura un siège supplémentaire et la visibilité de Roger Nordmann par son action de chef de groupe et sa crédibilité auprès de la population vaudoise sera un atout important pour le PSV.

Le Congrès a en outre pris ses recommandations de vote pour les votations du 10 juin 2018. A la suite d’une présentation du conseiller national Samuel Bendahan, le congrès a décidé de rejeter à l’unanimité moins 2 abstentions l’initiative « Monnaie pleine » et, après une présentation de la conseillère aux Etats Géraldine Savary, d’accepter la loi sur les jeux d’argent à l’unanimité moins une abstention.

Le Congrès s’est conclu par l’adoption de deux résolutions : la première qui demande la fin de l’occupation d’Afrin, la seconde en soutien au référendum contre la surveillance des assuré-e-s.