Actualités

8 mars – une journée pour les droits des femmes, mais un combat qui dure toute l’année

Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, est l’occasion de rappeler tout le travail qu’il reste à faire pour améliorer l’égalité entre femmes et hommes et le PSV y travaille toute l’année. Dans le cadre de cette journée, le Parti socialiste vaudois a proposé plusieurs dépôts : au niveau cantonal, le PSV a déposé un postulat visant à éliminer les stéréotypes sexistes dans l’enseignement scolaire et une interpellation pour favoriser l’égalité dans l’administration vaudoise ; au niveau communal, un postulat a été déposé dans plusieurs conseils communaux afin de prendre en compte les questions de genre dans l’aménagement du territoire.

180327_Action_8mars_2018_egalite

Le 8 mars est la journée internationale des droits des femmes. C’est l’occasion de rappeler les écarts importants qui persistent entre femmes et hommes, notamment salariaux. Mais cet engagement ne doit pas s’arrêter à cette seule journée ou lors des périodes électorales, comme le font d’aucuns pour donner l’illusion qu’ils/elles défendent les intérêts des femmes. Le vote récent du Conseil des Etats a une nouvelle fois démontré que la droite se moque concrètement de l’égalité. Les textes de certaines femmes PLR dans la presse vaudoise de ces derniers jours semblent donc davantage inspirés par une chanson de Dalida que par une volonté d’actions.

Au PSV, le thème de l’égalité se traduit en actes concrets, depuis de nombreuses décennies. Dans le cadre de cette journée internationale des droits des femmes, le PSV a déposé plusieurs textes, aussi bien au Grand Conseil que dans les Conseils communaux. La députée et présidente de la commission égalité du PSV, Carine Carvalho a ainsi déposé au nom du Groupe socialiste un postulat visant à éliminer les stéréotypes sexistes dans l’enseignement scolaire. Les manuels scolaires véhiculent une représentation du masculin et du féminin qui n’est pas égalitaire. Cette inégalité se retrouve au niveau quantitatif : les hommes sont plus représentés que les femmes, soit comme personnages fictifs ou réels, soit comme auteurs étudiés. Mais également au niveau qualitatif : les personnages féminins sont surreprésentés dans la sphère domestique (maman qui fait la vaisselle, maman qui s’occupe des enfants, etc.). Ces stéréotypes perdurent et influencent les choix de carrière. En effet, une recherche nationale récente a démontré que les filles continuent à être orientées vers des métiers « féminins », comme les métiers de soins, et les garçons vers des métiers « masculins », par exemple l’ingénierie. Au moment où les filles et les garçons sont amené-e-s à faire un choix de carrière, elles et ils cherchent à confirmer leur appartenance au groupe des pairs en essayant de s’accorder au mieux aux stéréotypes de genre. L’école représentant la norme, elle a une influence majeure, qu’il convient de modifier.

Le PSV dépose également une interpellation qui demande de faire une analyse des mesures mises en œuvre pour « favoriser une représentation égalitaire des femmes et des hommes dans tous les métiers, secteurs et niveaux hiérarchiques de l’administration cantonale », comme souhaité dans le programme de législature. Depuis 2004, le Conseil d’Etat a un plan pour l’égalité et il convient de faire le bilan des mesures afin de les compléter si besoin.

Enfin, le PSV dépose dans plusieurs conseils communaux un postulat qui vise à prendre en compte les questions de genre dans l’aménagement du territoire. Alors que l’espace public devrait, par définition, appartenir à toutes et tous, il est malheureusement investi de manière très différente par les hommes et les femmes au quotidien, ces dernières s’y sentant moins à l’aise. Le PSV propose aux communes de mettre en place des marches exploratoires. Le concept de « marche exploratoire » a été développé au Canada à la fin du siècle dernier. Il s’agit de réaliser des diagnostics en arpentant les rues des quartiers pour observer le terrain. Cette action permet de mettre en lumière les besoins spécifiques des femmes dans l’espace public et offrir des solutions concrètes aux problèmes qui seront identifiés par elles.