Brigitte Crottaz succédera en 2018 à Jean Christophe Schwaab au Conseil national

Le PSV a reçu ce dimanche la confirmation que Brigitte Crottaz, actuelle députée au Grand Conseil vaudois, siégera dès 2018 au Conseil national suite à la démission de Jean Christophe Schwaab. Le PSV regrette ce départ prématuré, mais le comprend parfaitement et adresse à toute la famille ses meilleurs vœux pour tous puissent traverser au mieux cette épreuve douloureuse. Médecin spécialiste en diabétologie-endocrinologie, Brigitte Crottaz a un solide parcours professionnel et politique derrière elle. Elle se réjouit que sa future entrée au parlement fédéral coïncide avec le lancement de deux initiatives populaires fédérales en matière d’assurance maladie, dont elle est membre des comités d’initiative.

Le PSV regrette le départ prématuré du Conseil National de Jean Christophe Schwaab, tout en en comprenant parfaitement ses motifs. Il remercie d’ores et déjà Jean Christophe pour l’ensemble de son travail sous la coupole fédérale, notamment sa motion ayant permis de mettre fin à l’obligation des tutelles et curatelles dans notre canton, ainsi que d’avoir mis en lumière la difficile et délicate tâche des proches aidants. Le PSV adresse ses meilleurs vœux à lui et sa famille afin qu’ils puissent traverser au mieux cette épreuve douloureuse.

Brigitte Crottaz, 2ème viennent-ensuite lors des élections au Conseil national en 2015, a informé ce dimanche Stéphane Montangero, président du PSV, qu’elle accepte son élection au Conseil national. Elle y siégera dès la 1ère session 2018, Jean Christophe Schwaab se retirant à la fin de cette année. Brigitte Crottaz est médecin, spécialiste en diabétologie-endocrinologie. Elle est Conseillère communale à Epalinges depuis 2005, a co-présidé la section du PS Epalinges de 2006 à 2012 et siège depuis 2012 comme Députée au Grand Conseil. Elle est membre de la commission de santé publique du Grand Conseil depuis 2012 également.

Brigitte Crottaz est par ailleurs membre du comité de la section romande de la fédération suisse des patients. Elle fait partie du comité de l’initiative cantonale pour les soins dentaires et, fer de lance pour le PSV sur cette thématique, elle est par ailleurs rapportrice de minorité au parlement sur ce sujet. Elle est également membre des comités des deux initiatives populaires fédérales que le PS vaudois vient de co-lancer avec d’autres organisations et partis, à savoir d’une part l’initiative « Assurance-maladie. Pour une liberté d’organisation des cantons» qui vise à donner la liberté aux Cantons de créer (ou pas) une institution cantonale d’assurance-maladie et d’autre part de l’initiative « Pour un Parlement indépendant des caisses-maladie » qui vise à réduire l’influence des caisses-maladie sur les élu-e-s à Berne.

A Berne, elle entend défendre les causes qui lui tiennent particulièrement à cœur, comme les problèmes liés au système de santé bien évidemment, mais aussi le développement des énergies renouvelables pour rendre effective et rapide la sortie du nucléaire, la défense d’une fiscalité plus juste, ainsi que la réalisation tant attendue de l’égalité salariale entre femmes et hommes. Les campagnes tant pour la caisse unique en 2007 que pour la caisse publique en 2014 ont mis en lumière l’importance du lobby des assureurs à Berne. Son engagement visera donc essentiellement la défense des assuré-e-s de notre canton et de notre pays, pour éviter autant que possible une médecine à deux vitesses. Le PSV se réjouit de savoir qu’une camarade ayant un tel bagage professionnel et politique rejoigne la coupole fédérale au moment où il est plus qu’urgent de trouver des solutions très rapidement pour que l’assurance maladie arrête de grever les budgets des ménages.